Manon Chalindar

Secrétaire administrative

Syndicat SIMPLES (Syndicat Inter-Massifs pour la Production et L'Economie des Simples)

En quelques mots :

Après un cursus littéraire, je me suis orientée vers des études en communication. Mais la com’ au service du marketing, du consumérisme et du capitalisme ne correspondent pas à mes convictions. J’ai donc décidé de me tourner vers des structures qui défendent l’environnement : après 2 ans au sein de l’ASPAS (Association pour la protection des animaux sauvages), je travaille aujourd’hui pour le Syndicat SIMPLES, aux côtés de producteurs passionnés et engagés, qui considèrent la terre comme un partenaire vivant.

La structure, les projets en cours… :

Créé en 1982 en Cévennes, le Syndicat SIMPLES regroupe une centaine de producteurs-cueilleurs de plantes médicinales aromatiques, alimentaires, cosmétiques et tinctoriales. SIMPLES est l’acronyme de Syndicat Inter-Massifs pour la Production et L’Economie des Simples.
La tradition populaire désignait autrefois sous le nom de simples les plantes des jardins, des champs et des forêts utilisées pour leurs vertus thérapeutiques, sans préparation complexe. Après avoir été quasi abandonnées au cours du XXème siècle, les simples et les savoirs populaires qui y sont associés retrouvent aujourd’hui une place de choix dans nos assiettes et nos soins quotidiens. Mais les utilisateurs sont souvent éloignés des lieux de cueillette ou de production, sans regard sur la qualité des produits qu’on leur propose.
Il existe près de 160 plantes différentes appelées “simples” : lavande, mélisse, thym, ortie, camomille…
Les productrices et producteurs SIMPLES sont réparti-e-s en neuf “massifs” : Alpes, Auvergne, Bourgogne, Grands Causses, Bretagne, Cévennes, Jura /Vosges, Limousin et Pyrénées. Ils suivent un cahier des charges très strict en ce qui concerne la protection de l’environnement, la préservation des ressources floristiques, la qualité de la production et le respect du consommateur.
Les producteurs cueillent ou cultivent les simples dans de petites fermes de moins d’un hectare. Chaque plante peut être utilisée fraîche, séchée ou encore sous forme d’hydrolat, de macérat ou d’huile essentielle.
Les SIMPLES défendent la liberté d’utiliser les plantes et la possibilité de donner des conseils sur l’usage des plantes. Tout le monde gagnerait à ce que les producteurs acquièrent enfin un vrai statut, celui de paysan herboriste et les SIMPLES y travaillent sérieusement aux côtés de DEMETER, ou encore de la FNAB (Fédération Nationale de l’Agriculture Biologique).

Pourquoi avoir choisi d’intégrer l’Usine Vivante ? :

Le Syndicat SIMPLES était installé à Millau mais se trouvait un peu à l’écart de certaines régions. En cherchant à s’implanter sur un axe plus central, la vallée du Rhône et plus particulièrement le secteur de Valence a été envisagé.
C’est en voyant que l’ADEAR, la Confédération Paysanne et le Réseau Semences Paysannes étaient installés à l’Usine Vivante à Crest, que le syndicat a tout naturellement souhaité rejoindre l’Usine.